Accueil > Blog > La géométrie, langage universel de l’architecture.

Architecture

La géométrie, langage universel de l’architecture.

Par Alexis   •   02 février 2020   •   Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Agence Le Pendu - la geometrie langage universel de larchitecture

La géométrie est le principe fondateur de l’univers, à toute échelle. Elle s’applique à tous les domaines : en architecture, en design d’objet, mais aussi dans l’art ou encore l’anatomie humaine. Cette notion est à la base de tout projet architectural, tant d’un point de vue esthétique que technique.

De l’importance de travailler sa ligne.

La géométrie, vecteur d’émotion.

« Elle raconte quoi ta tête de lit ? »

Par là, on entend reprendre le concept fondamental de l’architecture, à savoir : la ligne.

Durant son travail de design, l’architecte doit constamment se demander où il va emmener cette ligne, et où celle-ci va emmener l’usager.

Une tête de lit tout hauteur avec de larges bandeaux symétriques donnera une impression de majesté. Ainsi, la mise en scène de chaque élément va renvoyer une certaine image, créer un certain sentiment qu’il est essentiel de prendre en compte.

La géométrie contribue à faire ressentir des choses chez le spectateur. Cette ligne subtile mais fondamentale crée des immeubles que l’on aime sans même savoir pourquoi.

À Lyon, nous avons la chance d’avoir le Palais de Justice, dont la structure est calquée sur les plans du palais d’Athéna. Au sein de ce bâtiment, les colonnes ne sont pas parfaitement parallèles, mais légèrement inclinées de sorte qu’il y ait une impression de parallélisme à l’œil nu. C’est cela qui contribue à l’aspect imposant de ce bâtiment, qui va impressionner.

-> Besoin d’un conseil ? Rendez-vous ici.

Lorsque la ligne sert le décor.

« Quand on travaille uniquement le décor, on se heurte très vite à son environnement. »

Deux écoles principales existent en architecture : ceux qui privilégient la ligne, et ceux qui privilégient le décor.

Je suis un défenseur de la ligne : selon moi, un bâtiment est avant tout une ligne et celle-ci doit servir le décor. Le musée est l’exemple parfait de bâtiment où c’est le cas : la ligne sait s’effacer afin qu’on puisse mieux profiter du décor, en l’occurrence les œuvres d’art. La réflexion inverse tiendrait plutôt du domaine de la décoration d’intérieur.

Notre vision est de travailler un design global, au service d’un projet harmonieux. Il ne s’agit pas de défendre à tout prix une école ou l’autre, mais de trouver un équilibre. D’après moi, le sacrifice de la ligne pour le décor ou inversement n’a lieu d’être que dans des cas particuliers.

Un exemple typique de décor sacrifié pour la ligne : ces maisons d’architectes tirées de magazines, qui sont très belles mais si froides et aseptisées que personne ne se verrait vivre dedans. À l’inverse, en travaillant uniquement le décor, on se heurte très vite à son environnement. On se retrouve soit avec un intérieur trop chargé, soit au contraire, très aseptisé.

Cet article pourrait vous intéresser : Architectes et décorateurs des créateurs d’intérieur au rôle distinct  

Cet article est aussi disponible en podcast 

Épisode 2 : Géométrie, langage universel de l’architecture

« Elle raconte quoi ta tête de lit ? » C’est la question que nous nous posons à travers cet épisode mettant en lumière la géométrie, principe fondateur de l’univers à toute échelle.

L’architecture d’intérieur : une question d’équilibre.

Savoir peaufiner son art.

« […] Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage. » – Nicolas Boileau

L’équilibre est pour nous un principe fondamental pour bien exercer ce métier. C’est toute la difficulté, mais aussi l’intérêt d’un projet global : parvenir à définir une ligne qui raconte quelque chose de qualitatif et de valorisant, tout en permettant à l’usager de vivre agréablement son habitat et en intégrant cette ligne un décor qui lui correspond.

Un architecte cherche constamment à épurer sa ligne, jusqu’à parvenir à une géométrie si subtile mais si pleine de sens que tout le reste serait superflu.

Cette recherche de perfection est comparable à la philosophie samouraï : le corps est considéré comme une lame, qu’il doit passer des années à affûter.

Le problème est que ce travail finit par être décoléré de son usage : le risque est de se tourner uniquement vers l’histoire de l’artiste, en oubliant celle de l’usager.

-> Besoin d’un conseil ? Rendez-vous ici.

Remettre l’usager au centre de la démarche.

« Notre boulot, c’est de complexifier un dessin pour simplifier l’usage. »

Dans un projet d’habitat, il est essentiel de toujours remettre l’usager au centre. Le parcours utilisateur constitue le fondement de la géométrie. Pour autant, trop penser à l’usager, c’est penser utile ou pratique : une vision à éviter pour ne pas sacrifier l’esthétique.

À nouveau, tout est question d’équilibre, entre la vision du designer et la façon dont l’usager doit vivre son habitat. La géométrie est l’outil qui va permettre cet équilibre, notamment à travers les notions de circulation et de volumes.

En cherchant à aboutir son projet, on peut aussi avoir tendance à se complexifier la tâche. Nul ne sert d’implanter un bel objet s’il n’est pas pertinent dans l’expérience globale.

Il faut également faire attention à ne pas vouloir adapter à tout prix. Mettre un interrupteur à 60 cm du sol, on pense que ce sera plus pratique pour quelqu’un de plus petit, et ça finit par être infernal parce qu’on a tous l’habitude de la hauteur standard. Cela rajoute une friction inutile, alors que la circulation devrait être la plus fluide possible.

D’autre part, tout ce qui n’est pas situé dans une logique de circulation (comme un dressing ou une tête de lit par exemple) peut être adapté afin d’apporter une meilleure expérience.

Notre boulot, c’est de complexifier un dessin pour simplifier au maximum l’usage. Le  principe de notre métier est d’ôter des questions, pas d’en rajouter.

La priorité est de travailler la circulation, qu’il convient de simplifier au maximum. Une fois que l’on a cette base de réflexion, on peut alors aller vers le plus complexe, à la manière d’un sculpteur qui dégrossit un bloc de marbre avant de travailler les détails.

-> Notre agence d’architecture pourrait vous aider dans la réalisation de votre projet, cliquez ici.

La géométrie, fondation indispensable de tout projet d’architecture.

Une base fondamentale mais peu accessible.

« Il est plus facile de comprendre un beau canapé ou un beau miroir qu’un joint creux. »

En France, on baigne dans une culture du décor, des objets. Le détail architectural ne fait pas vraiment partie de cette culture commune : cela reste de l’ordre du presque secret.

À cet aspect culturel s’ajoute l’accessibilité du décor : il est plus facile de comprendre un beau canapé ou un beau miroir qu’un joint creux. La notion de géométrie et de détail architectural est plus inaccessible, plus difficile à se représenter sans connaissance préalable.

Le décor représente une valeur ajoutée évidente, immédiate et tangible ; la ligne est quant à elle plus subtile, elle s’efface par nature pour laisser place au décor. C’est cette subtilité qui fait aussi toute sa force, et en fait l’élément le plus abouti d’un projet architectural.

Un article qui pourrait vous intéresser : le joint creux : secret d’architecture moderne 

-> Besoin d’un conseil ? Rendez-vous ici.

Le plus haut niveau d’aboutissement.

« On t’ôte une problématique que tu ne savais pas avoir. »

Le détail architectural, qui dépend de la géométrie, représente en effet le niveau de détail le plus abouti qui va permettre de porter un projet au niveau supérieur.

C’est le genre de détail auquel on ne pense pas, mais qui apporte un réel détail de finition et un confort supplémentaire à l’usage. On t’ôte une problématique que tu ne savais pas avoir.

La géométrie est notre base de travail. Elle définit toute la logique de circulation, qui fonctionne en verticales et en horizontales, et d’interactions, qui se font généralement en triangle ou en carré.

Cette notion est tellement omniprésente qu’on a tendance à l’oublier ; mais c’est elle qui fait tout tenir debout, qui fait que tout s’imbrique correctement.

La géométrie constitue à la fois un langage technique et esthétique. Il s’agit du langage universel qui permet de coordonner un ensemble, de faire parler les matériaux entre eux, de sorte à atteindre un niveau de détail ultime qui valorisera au maximum le maître d’ouvrage.

Un article qui pourrait vous intéresser : Squircle ou Wavy : de bonnes ondes pour votre intérieur. 

-> Besoin d’un architecte d’intérieur pour vos futurs réalisations ? Cliquez ici 

Votre projet.

Il est facile de savoir si un objet est beau ou non. Si cet objet nous plaît. Les magazines sont remplis de belles images d’appartements et de villas tous plus sublimes les uns que les autres. La plupart vous seraient invivables.

Notre volonté en tant architectes d’intérieur s’est mue en obsession : vous accompagner dans la conception d’un habitat qui sera la stricte extension de ce que vous êtes.

Nous avons donc créé une page dédiée à vous aider dans la construction de votre projet d’architecture intérieur.

Cliquez sur « Découvrir » pour y accéder. 

Les nouvelles du pendu.

Le journal récurent et informel d’un bureau pas bien porté sur la poésie.